VOUS ETES ICI
ACCUEIL > INFORMATION > RD CONGO: Le retour du corps de Tshisekedi annoncé pour le 12 mai

RD CONGO: Le retour du corps de Tshisekedi annoncé pour le 12 mai

La dépouille de l’opposant historique congolais Étienne Tshisekedi, mort en février, sera rapatriée à Kinshasa le 12 mai pour y être enterrée.  L’annonce a été faite de concert par l’UDPS, et sa famille du défunt. Etienne Tshisekedi sera enterré au siège du parti, dans l’est de Kinshasa.

« L’UDPS et la famille biologique de l’opposant Étienne Tshisekedi annoncent que la dépouille de feu le président sera rapatriée le 12 mai », a déclaré à l’AFP Jean-Marc Kabund, secrétaire-général de l’UDPS. « Le corps sera exposé au Palais du peuple », le parlement, « pour des hommages » avant d’être « inhumé au siège du parti (…) à Limete », commune du centre-est de Kinshasa, a ajouté M. Kabund. 

Le responsable de l’UDPS a laissé entendre qu’aucun accord n’avait encore été trouvé avec les autorités en vue de permettre l’inhumation du défunt sur un terrain privé, ce qui est interdit par la loi congolaise.

La famille du leader historique exprime son soulagement. « C’est un deuil qui nous a pratiquement bloqué, rappelle Eugénie Tshika, la sœur d’Etienne Tshisekedi. On ne pouvait rien faire tant qu’il n’était pas enterré. J’espère que cette fois-ci ils vont nous laisser enterrer notre mort. »

Les autorités congolaises, de leur côté, avaient proposé un caveau au cimetière de la Gombe, à Kinshasa. Le 11 mars 2017, le transport du corps avait été acté, mais la famille avait changé d’avis au dernier moment. Elle expliquait que le site du cimetière ne convenait ni au peuple ni aux militants de l’UDPS.

Figure historique de l’opposition en République démocratique du Congo, d’abord sous la dictature de Mobutu (1965-1997), puis au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila (1997-2001) et de son fils Joseph, qui lui a succédé à la tête du pays après son assassinat, Étienne Tshisekedi est mort le 1er février à Bruxelles à l’âge de 84 ans.

Son décès, en pleins marchandages sur la mise en œuvre d’un accord de partage du pouvoir signé le 31 décembre entre la majorité et l’opposition a contribué à ajouter à la confusion politique, alors qu’il devait prendre la tête d’un organe de surveillance de l’application de cet accord.

Annoncé à plusieurs reprises, le retour de la dépouille de Tshisekedi a été à chaque fois reporté sine die, faute d’accord entre la famille, le parti, et les autorités sur le lieu de la sépulture de l’opposant.

Par Guylain Gustave Moke

Louis Doulon
Luis Doulon est rédacteur au site presidentmoisekatumbi.com
http://www.presidentmoisekatumbi.com

Laisser un commentaire

Top