VOUS ETES ICI
ACCUEIL > POLITIQUE > RD-CONGO: L’Opposant Moni Della transféré à la prison de Makala

RD-CONGO: L’Opposant Moni Della transféré à la prison de Makala

Arrêté le 19 septembre dernier en marge des émeutes qui ont secoué la ville de Kinshasa, Moïse Moni Della a été transféré mercredi 28 septembre à la prison de Makala. Selon son avocat, Me Georges Kapiamba, l’opposant qui était détenu dans un camp militaire avant son transfert à Makala est poursuivi comme co-auteur des pillages du 19 septembre.

Moïse Moni Della est poursuivi en procédure d’urgence. Une démarche que désapprouve son avocat.

« Alors que nous pensions qu’on allait lui accorder la liberté provisoire, nous étions surpris de voir que le Parquet général de la République a décidé de le poursuivre en flagrance, en procédure d’urgence devant le tribunal de grande instance de la Gombe. Nous avons soulevé l’exception d’inconstitutionnalité contre la loi portant procédure de flagrance qui est devenue un instrument utilisé par le parquet afin de torpiller les droits de la défense », explique Me Kapiamba. moni-della-1132x670

L’avocat indique avoir fait appel et espère que son client pourra recouvrer la liberté.

Dans un communiqué du 25 septembre 2016, signé par son premier commissaire, Patrick Ekenga Lofete, le parti politique Conservateurs de la nature et démocrates (Conadé) a tenu à informer l’opinion de l’acharnement politique, de l’injustice, des exactions et de l’arrestation arbitraire dont fait l’objet son Président national, Moïse Moni Della Idi.

Le parti, qui constate la politisation de l’affaire portée en justice contre son président, dénonce la violation de droits de l’homme dans le sens qu’il n’a pas accès aux soins médicaux appropriés.

L’arrestation arbitraire de cet opposant proche á Moise Katumbi, divise les opinions. De l’avis de l’opposition Congolaise et son parti, les faits qui lui sont reprochés lors de ses différentes auditions ne portent aucun caractère infractionnel, notamment ses différentes lettres ouvertes adressées au chef de l’État et ses différentes déclarations faites dans les médias, un droit garanti par les articles 22 et 23 de la Constitution, la déclaration universelle des droits de l’homme.

D’autres voient la main invisible de Joseph Kabila dans l’arrestation de Moïse Moni Della. La machine propagandiste de Joseph Kabila, se lance dorénavant dans une grande opération á forcer á l’exile les opposants proches de Mr Moïse Katumbi.

Désormais, le nom de Moïse Moni Della, s’ajoute á la longue liste de prisonniers politiques que le Rassemblement, la principale plateforme politique en RDC, exigerait pour un dialogue inclusif prochain.

Par Guylain Gustave Moke

Louis Doulon
Luis Doulon est rédacteur au site presidentmoisekatumbi.com
http://www.presidentmoisekatumbi.com
Top