VOUS ETES ICI
ACCUEIL > Analyse sur Moise > RD CONGO: Katumbi invite la MP aux négociations sous l’égide de la Cenco et de l’ONU

RD CONGO: Katumbi invite la MP aux négociations sous l’égide de la Cenco et de l’ONU

Après la cenco, c’est Moïse Katumbi, qui  sort de son mutisme. Dans un  »tweet » il réaffirme la volonté limpide du Rassemblement d’ achever les négociations sous l’égide de la cenco et de l’ONU. Cette déclaration a été faite  à l’occasion de l’anniversaire commémoratif de l’avènement du multipartisme en RDC.

« En appelant le peuple à la résistance pacifique, le Rassemblement est prêt à achever les négociations sous l’égide de la cenco et de l’ONU », a-t-il indiqué.

Le 24 avril 1990 en effet, Mobutu Sese Seko, alors président du Zaïre (devenu la RDC en 1997), mettait fin au parti-État, en permettant à chaque citoyen « d’adhérer à la formation politique de son choix ». Cette ouverture de l’espace politique zaïrois était alors perçue comme un premier pas vers la démocratisation du pays. 

Moïse Katumbi invite la Majorité Présidentielle à s’impliquer pour parachever et signer l’arrangement particulier devant le Secrétaire Général de l’ONU. La majorité présidentielle, par contre,  a tiré à boulets rouges sur les évêques lundi 24 avril, suivie par l’aile Olenghankoy du Rassemblement.

La Conférence épiscopale nationale congolaise avait critiqué la démarche ayant amené à la désignation de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre. Une déclaration qui, selon la MP, trahit le caractère partisan de la démarche de la cenco.

A l’issue d’une réunion dite stratégique, le porte-parole de la majorité a déploré le silence de la Conférence épiscopale nationale congolaise (cenco) sur la détermination du président Kabila à mettre en œuvre l’accord du 31 décembre dans son intégralité. Il a ensuite fait remarquer que la cenco passait sous silence les dissensions au sein du Rassemblement de l’opposition. Divisions qui constituent la véritable pierre de blocage, a ajouté Alain-André Atundu.

Selon le porte-parole de la majorité, les évêques se sont exclus du jeu. « De ce fait, la cenco s’est elle-même disqualifiée pour prétendre incarner encore la confiance indispensable de toutes les parties prenantes à son égard », a-t-il déclaré.

Avec ce climat politique morose, la poursuite des négociations directes entre la majorité présidentielle et le Rassemblement, autour de la cenco, recommandé par Moïse Katumbi, n’est juste qu’un voeu pieux. La désignation de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre par Joseph Kabila était en réalité un acte de décès de l’accord de la Saint Sylvestre.

Par Guylain Gustave Moke

 

Guylain Gustave Moke
Guylain Gustave Moke est un expert en affaires internationales (Sociales, économiques, culturelles et politiques), Analyste Politique, Écrivain et Chercheur de l’Université ''De MontFort University''- ( Actuellement à ''Birmingham University'') et président de l'Association: ''Africa Political Scientists Association''( Université de Birmingham).
http://www.presidentmoisekatumbi.com

Laisser un commentaire

Top