VOUS ETES ICI
ACCUEIL > INFORMATION > RD CONGO: La famille biologique d’Etienne Tshisekedi veut une autopsie

RD CONGO: La famille biologique d’Etienne Tshisekedi veut une autopsie

La famille Tshisekedi a maintenu la demande d’autopsie du corps du défunt leader de l’opposition congolaise, décédé il y a deux semaines à Bruxelles.

Lors d’une conférence de presse lundi matin dans la capitale belge, Félix Tshisekedi, son fils, et son frère cadet ont déclaré que l’autopsie permettra de savoir si oui non il y a eu erreur médicale de la part des médecins qui l’ont soigné.

Sa famille a également indiqué que la question du lieu de l’inhumation du défunt leader était plus importante que celle de la nomination d’un premier ministre , exprimant ainsi un point de vue plus nuancé que celui du parti UDPS.

L’opposant historique Étienne Tshisekedi, né le 14 décembre 1932 à Kananga, est mort mercredi 01 février aux cliniques de l’Europe-Sainte Élisabeth, dans la capitale belge. Il avait été évacué à Bruxelles à bord d’un jet privé le 24 janvier pour un « check-up médical ». 

Rentré à Kinshasa fin juillet 2016 après un long séjour à Bruxelles, notamment pour des raisons de santé, l’opposant historique congolais avait à nouveau été contraint de quitter le pays et ses combattants, le 24 janvier 2017, à bord d’un jet privé. Dans son entourage, on parlait alors d’une « simple consultation », d’un « check-up médical » prévu de longue date.

 

Son parcours politique n’a laissé personne indifférente de sa place dans le sphere politique congolais.

Après le coup d’Etat du général Joseph-Désiré Mobutu en 1965, il devient tour à tour ministre de l’Intérieur et des Affaires coutumières, de 1965 à 1968, ministre de la Justice jusqu’en 1969 et ministre d’Etat au Plan, à la Recherche scientifique, à l’Aménagement du territoire, à la Coordination et à la Planification.

Cosignataire, avec des collègues parlementaires, de la « Lettre ouverte au président Mobutu« , le 1er novembre 1980, dans laquelle le « Groupe des treize » dénonce les injustices, l’arbitraire et la gestion calamiteuse du Zaïre, il est exclu de l’Assemblée nationale, puis jeté en prison.

Après leur relaxation, en 1982, les Treize créent l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), premier parti d’opposition au MPR. A la faveur de la démocratisation proclamée en avril 1990, il rentre à Kinshasa. En 1991, il est nommé Premier ministre, mais décline l’offre. Désigné au même poste par consensus entre le pouvoir et l’opposition, il est révoqué pour refus de prêter serment.

Le 15 août 1992, il est élu Premier ministre de la transition par la Conférence nationale souveraine (CNS). Son gouvernement est révoqué trois mois plus tard par un décret du président Mobutu.

Après la chute du régime Mobutu et la prise du pouvoir par l’AFDL du président Laurent-Désiré Kabila, en mai 1997, il est de nouveau relégué dans son Kasai. En 2002, il participe, à Sun City en Afrique du Sud, au Dialogue intercongolais et son parti, l’UDPS, se retrouve au sein de la plateforme « Alliance pour la sauvegarde « (ASD).

Après la signature de l’Accord de Pretoria, il ne participe pas au gouvernement de transition ni à l’élection présidentielle de 2006 qu’il a boycotté. Arrivé second à la présidentielle en 2011, il contestera le résultat du scrutin.

Il passera ensuite près de deux ans en Belgique pour des raisons de santé et mettra à profit son séjour européen pour organiser le « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement » dont il sera désigné président.

À la tête du Rassemblement, principal regroupement de l’opposition congolaise, Étienne Tshisekedi avait été désigné pour diriger le CNSA, le Conseil national de suivi de l’accord politique conclu le 31 décembre 2016 entre les différentes plateformes de l’opposition et la Majorité présidentielle (MP).

Malade et affaibli, il n’avait pas pu attendre son installation effective à ce poste, programmée le 26 février. Étienne Tshisekedi n’aura finalement pas eu le temps de relever l’ultime défi de sa riche carrière politique.

Par Guylain Gustave Moke

Louis Doulon
Luis Doulon est rédacteur au site presidentmoisekatumbi.com
http://www.presidentmoisekatumbi.com

Laisser un commentaire

Top