VOUS ETES ICI
ACCUEIL > INFORMATION > RD CONGO:  »Arrangement Particulier »: Les contacts informels des évêques

RD CONGO:  »Arrangement Particulier »: Les contacts informels des évêques

Apré une trêve dans les négociations pour l’arrangement particulier, suite á la disparition d’Etienne Tshisekedi, les évêques catholiques ont échangé hier avec les délégués du Rassemblement au Centre Interdiocésain.

Selon Donatien Nshole, Secrétaire Général intérimaire de la cenco, les discussions avec le Rassemblement ont été axées sur les points de blocage, notamment, la désignation du futur Premier Ministre, le partage des ministères de souveraineté…

À la question de savoir si était-il possible d’espérer la nomination du nouveau premier ministre avant le rapatriement du cors d’Étienne Tshisekedi, l’abbé Nshole déclare que cette question ne concerne pas la cenco.
«Nous nous discutons sur les points de blocage et essayons de voir comment avancer, le reste ne concerne pas les évêques», a-t-il dit.

Les eveques

Les contacts informels des évêques catholiques vont se poursuivre avec d’autres composantes notamment la Majorité Présidentielle.

Pour le Rassemblement des forces acquises au changement, par la voix du président de G7 (le groupe de 7 parlementaires de 7 partis frondeurs, exclus de la majorité présidentielle), Christophe Lutundula, il est important que l’accord global et inclusif du 31 décembre soit mis en œuvre avant l’enterrement d’Etienne Tshisekedi.

Pour le Rassemblement, mettre en œuvre l’accord du 31 décembre avant l’enterrement d’Etienne Tshisekedi serait une bonne chose mais pour la majorité, la question mérite encore d’être débattue.

Les familles biologique et politique d’Etienne Tshisekedi se sont concertées avec le gouvernement, le 7 février, pour organiser les obsèques du leader d’opposition. Dans la foulée, la mise en place d’une structure gouvernementale pour les prendre en charge a été annoncée par les autorités. Mais le lendemain, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a démenti : le premier parti d’opposition a décliné l’offre du gouvernement, et donné des conditions à remplir avant les obsèques de son président historique Etienne Tshisékédi.

Pour la famille biologique, « l’accord politique est un souhait, pas une exigence », a affirmé Félix Tshisekedi, rappelant que la priorité de la famille était l’enterrement rapide de son « patriarche ». La famille biologique envisage aussi de demander une autopsie du corps car elle s’interroge sur la rapidité du décès, a annoncé lundi son fils, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Mais le parti a pris, depuis Kinshasa une position différente, conditionnant le rapatriement du corps de son président à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, objet de difficiles négociations à Kinshasa. « Les dates du rapatriement (de Belgique) et de l’enterrement de notre héros ne seront connues que si et seulement si deux préalables rencontrent des solutions », a prévenu le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, lors d’une conférence de presse au siège de l’UDPS.

Selon lui, ces deux conditions sont la « fixation du lieu et de la forme de l’enterrement, l’érection d’un mausolée au centre-ville de Kinshasa où sera gardé pour l’éternité le corps d’Étienne Tshisekedi » et « la prise en charge de tous les frais liés aux obsèques par l’Etat à travers le gouvernement de large union nationale ».

Certes l’avenir des négociations pour l’arrangement particulier s’avère incertain. L’absence de la personne d’Étienne Tshisekedi et son poids politique manquera forcément à ses compagnons de lutte du rassemblement qui risque de s’éclater.

Par Guylain Gustave Moke

Louis Doulon
Luis Doulon est rédacteur au site presidentmoisekatumbi.com
http://www.presidentmoisekatumbi.com

Laisser un commentaire

Top