VOUS ETES ICI
ACCUEIL > INFORMATION > Joseph Kabila fait le ménage à la tête de la police nationale

Joseph Kabila fait le ménage à la tête de la police nationale

Joseph Kabila fait le ménage à la tête de la police nationale

Joseph Kabila fait le ménage à la tête de la police nationale. Et ce sont des véritables changements qui touchent la direction de l’un des dispositifs sécuritaires les plus important de l’appareil de l’État. Dans une ordonnance présidentielle lue à la télévision nationale lundi soir, Joseph Kabila remplace le commissaire général de la police. Charles Bisengimana, en poste depuis 2010, est remplacé par le Général major Amuli, qui quitte les FARDC où il était chargé des opérations.

Annoncé sur le départ au début de l’année avant d’écoper simplement d’une suspension d’une dizaine de jours, le tout puissant Général Célestin Kanyama, chef de la police de Kinshasa, cède, enfin, sa place au Général Kasongo Kitenge, pour prendre ce qui ressemble bien à un « garage », la direction des écoles de formation de police.

Dans un climat tendu

À 6 mois de la fin théorique de la transition et dans un climat politique de forte tension, Joseph Kabila décide de poser deux actes politiques à portée symbolique. Alors que des manifestations d’opposants sont redoutées dans les prochains mois, le chef de l’État débarque le duo sous les ordres duquel les manifestants ont été violemment réprimés au cours des derniers mois et donne les commandes à des officiers à priori moins enclins dans la défiance face aux émeutiers.

Le nouveau patron de la police a en effet la réputation d’avoir des relations respectueuses avec les populations civiles. Un atout pour apporter un peu d’apaisement dans ces relations toujours tendues entre le régime et les opposants. Mais alors que la capitale fait face depuis quelques semaines à des actes de terrorisme qui ne dit pas son nom, la nomination du Général Amuli pourrait être une réponse à ce phénomène. Chef d’état major adjoint chargé des opérations, il vient de passer le temps à traquer les miliciens de divers groupes armés dans l’est du pays. Une recette qu’il pourrait bien appliquer contre les tueurs à bandeau rouge qui terrorisent Kinshasa.

La fin de l’« de mort »

En revanche, le départ des deux sortants, pourrait avoir un sens très politique par les temps qui courent. En particulier pour l’ex patron de la police de Kinshasa, le Général Kanyama. Pointé du doigt par les ONG de défense des droits de l’Homme et sanctionné par les États-Unis, celui que les chinois ont surnommé « Esprit de mort », est souvent accusé d’être responsable de la série de répression qu’a connu la ville tout au long de la  crise politique . C’était le cas en janvier 2015, lors de la contestation contre une réforme de la loi électorale ou encre en septembre 2016 lors de la forte mobilisation des partisans de l’opposition contre le maintien du chef de l’État au pouvoir. À chaque fois plusieurs morts, de blessés et des réactions internationales.

Plusieurs journaux parus ce lundi reviennent sur les nominations des responsables de la police.

La République parle d’un réaménagement dans les forces de maintien de l’ordre. Le journal indique que Charles Bisengimana est confirmé à son poste de Commissaire général de la Police nationale. Poste qu’il occupe depuis 2010 à la suite de la suspension du général John Numbi, mis en cause dans l’assassinat des activistes des droits de l’homme, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana de ” La Voix des sans voix “.

Pour sa part, souligne le quotidien, le général Raüs Chalwe quitte la tête de la police au Bas-Congo, pour seconder M. Bisengimana en prenant la responsabilité de l’administration et de la sécurité publique au sein de la police nationale.

La République rapporte que le général Célestin Kanyama est le nouveau chef de la police pour la ville de Kinshasa.

La capitale congolaise accueille des éléments bien en vedette dans l’opinion publique, commente le journal qui cite notamment Elvis, officier de police populaire dans le district de la Tshangu où la population a toujours salué ses actions sur le terrain de la lutte contre la criminalité.

Pour la Tempête des Tropiques, Joseph Kabila limoge Numbi et confirme Bisengimana par ces nouvelles nominations.

Le journal indique qu’en donnant les commandements de la police de la ville de Kinshasa à Célestin Kanyama, Joseph Kabila donne un signal fort pour combattre la criminalité et le phénomène Kuluna dans la capitale.  

La Prospérité publie pour ses lecteurs toutes les ordonnances portant nomination des responsables de la police.

Pour sa part, le Potentiel s’intéresse aux difficultés que connaît la Snel pour desservir l’électricité à tous ces abonnés.

Transformée en société commerciale, la Société nationale d’électricité peine à prendre ses marques, écrit le journal faisant état des combines et des stratagèmes de corruption dans la société qui relègue au second plan la desserte en électricité.

Le mal est profond au point que cela n’émeut personne, commente le quotidien.

Le Potentiel regrette qu’en cette fin d’année 2013, la Snel ait étalé au grand jour son incapacité à offrir un service de qualité à ses abonnés.

mk
Top